production 

la complainte du coureur de bois
© 1978 trad | adapt arr malicorne

écoutez tous mes bons amis
vous qui vivez bien à votre aise
je vais vous chanter le récit
de toutes les grandes misères
qu’on peut avoir dans les chantiers
à travailler à s’ennuyer
dans une forêt si sévère
surtout dans le temps de l’hiver

quand faut partir pour les chantiers
il nous faut tous quitter nos femmes
nous faut quitter pareillement
ce qui nous coûte le plus cher
nos femmes et nos petits enfants
rester terrés comme des loups
dans une forêt si sévère
surtout dans le temps de l’hiver

c’est par un dimanche au matin
au début de l’année nouvelle
j’étais couché sur les sapins
chantant pour dissiper mes peines
en composant cette chanson
c’est en pensant à ma maison
et c’est en pensant à ma belle
surtout dans le temps de l’hiver

ici ils nous font travailler
tous les six jours de la semaine
le jour de l’an pareillement
ainsi que tous les jours de fête
qu’il vente pleuve ou bien qu’il neige
même s’il fait les quatre temps
la misère est notre salaire
surtout dans le temps de l’hiver
 
c’est un beau souvenir de l’époque de malicorne [l’extraordinaire tour de france…, 1978]
cette réunion exceptionnelle de mes chanteurs préférés, sylvie berger, ludo vandeau, brian gulland, nous a donné envie de sortir cette perle des oubliettes
j’ai adapté ce texte du québec à la mélodie d’une chanson traditionnelle française, le navire de bayonne
j’ai toujours cru par ignorance que les coureurs de bois étaient des bûcherons jusqu’à ce qu’un ami forestier niçois me permette de rectifier mon erreur :
il s’agit en fait des pionniers canadiens-français qui vivaient de la traite des fourrures
ils furent les premiers blancs à réellement communiquer avec les indiens, à apprendre leurs langues, observer leurs coutumes, etc

figure aussi sur l'extraordinaire tour de france d'adélard rousseau, dit nivernais la clef des coeurs, compagnon charpentier du devoir, vox de malicorne
 
retour album
gabrielyacoub.com