production 

les choses les plus simples
© 1990 gabriel yacoub

c'est quand la nuit m'échappe et que je ne peux pas dormir
que mes désirs reviennent bien avant toi

quand je passe mes jours à oublier ces nuits
quand je t'appelle et que tu n'entends pas

alors je me souviens des choses les plus simples
les choses qu'on a dit ne jamais oublier

il faut marcher longtemps pour en finir de ces langueurs
il faut fermer les yeux partir ailleurs

et les saisons qui traînent entre paris et l'océan
un ennui qui grandit en symphonie

c'est quand la nuit m'échappe et que je ne peux pas dormir
et c'est quand tu es lasse bien avant moi

and then i think about the simple things we said
the things we promised never to forget
 
je considère celle-ci comme ma chanson la plus aboutie, dans la simplicité, justement !
les multiples reprises, notamment par des artistes anglophones [dave van ronk, june tabor, joan baez avec maxime le forestier], m’ont conforté dans cette réflexion sur sa limpidité
je m’efforce depuis lors d’écrire clair, simple, sans toutefois y parvenir toujours

enregistrée aussi par :
dave van ronk | joan baez & maxime le forestier | june tabor

figure aussi sur bel, tri, the simple things we said
 
retour album
gabrielyacoub.com